f Marie Kecman - Positive Planet France
Je donne donner pour la création d'entreprise
Ils créent

Marie Kecman

Ca Phê Broc’Ouest

Restauration
111 rue de l'Ouest 75014 Paris
06.99.10.98.40
caphebrocouest@gmail.com
https://caphebrocouest.eatbu.com/
Partager:
Retour aux témoignages

La Maison, Cà Phê Broc'Ouest, est un restaurant authentique situé au coeur de Paris et qui propose de la cuisine asiatique ou vietnamienne.

PARCOURS PERSONNEL & PROFESSIONNEL

Plus jeune, Marie vivait à Paris, mais n’étant pas très assidue à l’école selon son père, celui-ci l’a envoyée chez son oncle en Allemagne pendant 4 ans. Elle se fait des ami(e)s dans sa communauté vietnamienne, grâce auxquelles elle en découvre la cuisine. Une fois le bac obtenu, elle rentre en France et commence à travailler avec sa mère, qui tenait un restaurant dans le 20e. Elle y rencontre son mari.

A la fermeture du restaurant, elle va travailler dans celui de son père, dans le 15e, où elle faisait le service et un peu de cuisine (c’est le fameux M. Quan, affiché derrière elle et son mari sur la photo). Il y a 2 ans, son père part à la retraite et le frère de Marie reprend l’affaire. « Chez mon frère, j’avais pleins d’idées mais j’étais salariée et l’on n’écoutait pas du tout mes propositions ; je voulais faire une telle cuisine, avoir une telle déco.. Alors je me suis dit que j’allais ouvrir mon propre restau ! »

Il y a 7 ans, Marie se fait proposer un HLM dans le 15e. C’était pratique pour le restaurant de son père, mais elle adorait aussi ce quartier en particulier, et, il y a 2 ans, elle a commencé à voir la rue de l’Ouest se développer commercialement. Elle tenait absolument à s’installer dans celle-ci, et lorsqu’un local s’est libéré en 2018, elle a sauté sur l’occasion, sûre de son projet et de sa pérennité.

 

VIE ENTREPRENEURIALE

es principales contraintes, selon elle, sont les ressentis d’anxiété et de doutes qui peuvent submerger l’entrepreneur(e) à tout moment charnier du projet (signature du bail commercial par exemple) ou face aux contraintes administratives et fiscales potentielles.

Mais selon Marie, cela n’a jamais pris le pas sur la satisfaction d’être son propre chef et de ne pas avoir d’ordres à recevoir : « enfin, je fais ce que je veux ! »

Les agences immobilières sont chères, et Marie préférait prendre un local de la ville de Paris. Deux locaux s’étaient libérés mais la personne ne voulait pas qu’ils hébergent un restaurant par crainte des nuisances olfactives, Marie cite « en particulier pour la cuisine asiatique »… La recherche s’est donc allongée de mars à septembre 2018 à cause de ces refus, puis Marie a fini par obtenir gain de cause en négociant et posant sur papier les conditions d’ouverture du restaurant : pas de friture ni trop de cuisson, car surtout, pas d’odeurs. Elle doit donc d’abord cuire la viande en matinée, pour que les odeurs ne gênent pas, puis la fait réchauffer au micro-onde pour le service.

Les travaux ont aussi pris du retard car plusieurs entrepreneures trouvaient trop complexes de construire des toilettes spécifiques au local (surélevées, avec sanibroyeur). A force de recherches, Marie en a finalement trouvé un qui a accepté, sans aucune réserve par ailleurs (on ne saura jamais ce qui était supposé rendre la tâche trop complexe pour certains et très facile pour d’autres..).

PROJET

Le Ca Phê Broc’Ouest propose une cuisine asiatique/vietnamienne : des soupes, du riz cantonnais, des bobuns entre autres. Marie tient à proposer une version végétarienne pour chaque plat, car elle veut « rester sur quelque chose de sain ».

Le bonus, c’est l’ambiance « Brocante » du restaurant : Marie adorait chiner avec son mari, et achetait pleins de petites choses en prévoyant de les mettre en déco de son futur restaurant. Les objets se sont accumulés, et sur les conseils d’un brocanteur dans le 15e qui lui évoque l’idée qu’il avait eu d’ouvrir un restaurant dans sa boutique, elle suit « l’inverse » : non seulement la très grande majorité de ses éléments de décoration (meubles, vaisselle, éléments muraux etc.) proviennent de brocante/récup, mais elle a réservé un coin du restaurant pour la vente d’objets chinés par ses soins !

Sur ce point, elle tient à remercier son mari, « sans qui je n’aurai pas pu réaliser mon projet : c’est lui qui retape, répare les objets ou mobilier si besoin ; heureusement qu’il m’aide aussi pour les courses, le nettoyage et le service ! »

Marie a un atout, sa personnalité accueillante et chaleureuse, et son envie de faire plaisir : « Si le client repart content avec le sourire, c’est que j’ai bien fait mon travail. Et le sourire est communicatif ! » Preuve en est, une partie de la clientèle du restaurant de son frère, fidèle à Marie, l’a suivie et encouragée à l’ouverture du Ca Phê Broc’Ouest, d’abord en venant consommer, pour l’aider à se lancer et faire voir aux passants qu’il y avait déjà du monde ; puis en ramenant d’autres clients grâce au bouche-à-oreille.

Et ça fonctionne ! Depuis janvier, elle voit sa clientèle grossir. Les clients viennent d’abord prendre un café la première fois, puis ils reviennent, principalement en couples, souvent mixtes : « je crois qu’ils sont inspirés par mon mari – français – et moi (rires) ». Ce dont on peut être sûrs, c’est que les clients sont fidélisés à la fois par l’originalité du concept, la bonne cuisine, et la bonne humeur contagieuse de Marie.

A côté de ça, les clients ont commencé à la solliciter pour faire des réceptions. Elle a accepté d’abord d’accueillir 25 personnes pour un anniversaire. Après avoir communiqué sur l’évènement via Facebook, les appels se sont enchaînés pour réserver pour ce type d’évènements, dont elle en a géré 5 pour le moment. Ça lui permet de remplir les soirs qui sont boudés par la clientèle habituelle, et de compter une vingtaine de futurs clients potentiels à chaque fois !

 

PPF&MOI

A sa demande de prêt auprès de PIE, elle n’obtient pas tout de suite de réponse et contacte donc l’ADIE qui lui donne un rendez-vous et lui conseille de prendre rendez-vous chez nous, car « selon eux je n’avais pas assez d’apport et je n’étais pas prête ». Elle commence donc son accompagnement à l’été 2018, avec Mlle ROUZIC, qui l’a principalement fait retravailler son étude de marché (concurrents et clientèle).

Par la suite, le PIE lui apporte 13 000€ qui lui permet non seulement de débloquer son prêt bancaire (pour l’obtention duquel il était nécessaire de disposer d’un certain montant sur son compte professionnel, montant apporté comptant, donc, par PIE) de 20 000€, mais aussi et en conséquence d’assumer les dépenses liées aux travaux, qu’elle avait complètement sous-estimés.

 

Le slogan de son restaurant : « Venez chiner et vous régaler ! »

 

Découvrez aussi