f Henriette HOCHE - Positive Planet France
Je donne donner pour la création d'entreprise
Ils créent

Henriette Hoche

Le Carré Mamlouk

Collection capsules de carrés de tissus dessinées par des artistes
Paris
06 30 57 34 97
henriette@lecarremamlouk.fr
www.lecarremamlouk.fr
Partager:
Retour aux témoignages

La détermination détermine ton résultat

PARCOURS PROFESSIONNEL

Henriette a fait un BTS cosmétique/gestion de SPA, avec un CAP en esthétique. Ensuite elle se dirige dans le luxe à travers une école de commerce. En sortant de l’école elle prend le poste d’assistante SPA manager pour le Fouquet’s, mais les comportements des clients lui déplaisant, elle se redirige un an dans le technico commercial (=chef de secteur, gestion des points de ventes parisiens, gérer les équipes, les formations, le merchandising), dans la beauté chez Chanel. L’univers lui plaît mais le métier l’ennuie, alors elle démissionne. Elle fait une école dans entrepreneuriat en alternance, en travaillant en marketing pour une boite de cosmétiques à côté. L’ennui revient : « à chaque fois je me disais « c’est ça ! » et au final j’étais déçue ».

Elle se rend compte que c’est le salariat qui n’est pas fait pour elle, et monte donc une première entreprise dans les cosmétiques « MySweetMakeUp » : avec son associée, elles recherchaient les produits qui faisaient le « buzz » sur Internet (mis en avant par des bloggeuses) donc fortement demandées par leurs « communautés » qui les suivent sur les réseaux pour se mettre à temps plein dans la gestion de cette entreprise. Pendant 8 mois, la boite tourne bien, puis Sephora les rattrape en reprenant l’idée sauf qu’eux disposent de moyens autrement plus grands ; en conséquence de quoi elles perdent 90% de chiffre d’affaire en 3 mois. La pilule est difficile à avaler mais elles se relèvent et décident de remonter une boîte dans l’événementiel/beauté exclusivement cette fois-ci, toujours sous le nom « My Sweet Makeup ». Parfois, le travail ne payait pas :  « dans événementiel, on peut passer beaucoup de temps à préparer un événement, pour faire venir une centaine de personnes voire plus, et se retrouver à 3 le jour J.. » ; ça et le manque de fonds les poussent à liquider la société.

Elles ont créé en parallèle une autre société dans les compléments alimentaires, active depuis février 2018, « Slowlife Kinfolk ». Elles coachent les « instagrammeuses » et « influenceuses » pour qu’elles recommandent leurs produits.

MON ENTREPRISE : LE CARRE MAMLOUK

Cependant, Henriette désirait créer quelque chose de plus artistique et créatif « pour [s]’amuser », et plus dans ses valeurs éthiques du bio et du made in France. Elle a créé sa société depuis un an, a lancé une campagne Ulule il y a un peu plus d’un mois, qui est terminée aujourd’hui avec succès puisqu’elle a atteint 100% des objectifs de précommandes. De manière générale, Henriette a toujours entrepris : « dans ma famille il y a beaucoup d’entrepreneurs, donc c’était quelque chose que je connaissais, et je transformais mes passions en travail donc ça se faisait naturellement pour moi » ; et su rebondir : « quand ça échouait, j’étais déjà passée à autre chose, j’avançais sans regarder en arrière ».

Le Carré Mamlouk se présente sous la forme de collections capsules (2 fois/an) de carrés de tissus, dessinées par des artistes français (designer, tatoueur, street artist, peintre..), un(e) différent(e) à chaque fois. Pour cette première collection, une designer a retranscrit en digitale la vision d’Henriette, exceptionnellement. Pour les prochaines, elle désire sélectionner les artistes en fonction de leur style, puis leur laisser carte blanche sur les créations ; avec évidemment un droit de regard mais aussi les conditions sine qua none de fabriquer des produits obtenant le label Bio, Ecotex etc.

L’histoire associée au nom et au produit est développée sur ses réseaux sociaux ; mais en résumé, les mamlouks étaient des sultans égyptiens, dont 2 ont travaillé avec Napoléon lors de la guerre des pyramides. Arrivés en France, ils ont relancé une mode rehaussée de couleurs vives et d’un style très décalé par rapport au style français.  Ce mélange culturel est au cœur de sa première collection : le Made in France, c’est Napoléon ; les couleurs et motifs orientaux, les Mamlouks.

Henriette prévoit d’organiser une soirée de lancements à chaque nouvelle collection. La prochaine est prévue pour février 2019 : tenez-vous au courant via ses réseaux sociaux !!

ENTREPRENDRE POUR HENRIETTE

L’avantage est la liberté de travailler pour soi, faire ses propres choix, sans compromis ; et donc avoir le contrôle : « Quand on est en adéquation avec soi-même, en harmonie avec ses ambitions, c’est fluide, ça se fait tout seul ».

La difficulté est de « maintenir la foi », c’est-à-dire que la volonté de suivre sa propre vision se heurte à des obstacles qui peuvent ébranler ses positions.La confection de tissu ne se fait presque plus en France. Le label Ecotex et Gots tant désiré par Henriette s’appose sur des produits qui n’ont pas été traité avec des colorants nocifs pour la santé et/ou l’environnement et garanti une chaine de production respectueuse des droits humains. Sauf que la machine qui imprime sur les tissus suivant ces conditions n’existe pas en France, il a donc fallu l’importer.

PPF & HENRIETTE

Une amie lui en a parlé, et elle a commencé à se faire accompagner par Jessalynn, conseillère chez Positive Planet Paris 18. Le principal atout de cet accompagnement est la complémentarité des informations et des conseils apportés : « moi j’ai la tête dans le guidon, donc il y a beaucoup de choses auxquelles je n’avais même pas pensé ! » Le regard extérieur permet de relativiser ; et l’écart entre les rendez-vous permet de se rassurer quant à l’évolution du projet : « Poser des paliers permet d’être soulagée quand on nous fait remarquer qu’on les dépasse ; seuls, on a parfois l’impression de patauger ».

CITATION INSPIRANTE

« Donner avant de recevoir » : et pas l’inverse ! Henriette explique que quand on créé une entreprise, on donne beaucoup de sa personne, souvent sans obtenir de rémunération ou compensation, mais il faut continuer pour espérer recevoir en retour ; si c’est une fin en soit, ça ne peut pas fonctionner.

Découvrez aussi