Je donne donner pour la création d'entreprise
Ils créent

Christelle BASSEGA

LA BANGUISSOISE

Christelle
Traiteur
Montreuil
06 44 98 16 11
christelle.bassega@gmail.com
Partager:
Retour aux témoignages

Il faut croire en son projet et prendre le temps de bien se renseigner sur les dispositifs d’accompagnement

Je m’appelle Christelle Bassega et je suis traiteur au sein de « La Banguissoise ». Je me suis inspirée de la gastronomie centrafricaine pour mes plats que je revisite et modernise par différents types de présentation, de produits et de cuisson. Passionnée par la cuisine et très fière de ma double culture, il m’a semblé évident d’allier ces deux atouts pour constituer mon activité professionnelle.

Même si aujourd’hui, je me présente comme entrepreneuse, il faut savoir que j’ai longtemps hésité avant de me lancer. Ayant travaillé dans plusieurs grandes enseignes alimentaires, j’avais pris l’habitude d’évoluer dans un univers très cadré où aucune marge de manœuvre était possible. Face à cette rigidité des normes, j’ai ressenti un besoin de plus en plus fort d’indépendance. J’ai alors constaté que le monde salarial ne me convenait plus. Le passage vers l’entrepreneuriat ne s’est tout de même pas fait en un jour. Etant mère célibataire, il a fallu que je m’organise afin que ma vie de famille n’en soit pas trop perturbée. Il faut savoir qu’au début de la création d’entreprise, le niveau de vie n’est plus le même. Entre les investissements à faire en matériel, les sorties à planifier afin d’enrichir mon réseau, la vie de famille est parfois compliquée à gérer.

Toutefois, avec une forte détermination et une bonne organisation, j’ai pu trouver un juste milieu. J’ai réussi à créer tout un univers autour de mon activité, du nom de ma marque à la carte des produits en passant par mon logo.

Aujourd’hui, ma plus grande fierté est de recevoir les avis de ceux et celles qui goûtent mes plats. Cette réussite est d’autant plus belle lorsque l’on sait que je n’ai reçu aucun encouragement de la part de mes proches. Heureusement, j’ai trouvé ce soutien moral dont j’avais besoin du côté des entrepreneurs de l’incubateur. J’ai trouvé l’écoute dont j’avais besoin pour reprendre confiance en moi. Cela a également été rendu possible également grâce à l’accompagnement Positive Planet France. Les rendez-vous avec la chargée d’accompagnement m’ont permis de me positionner sur le marché de la restauration. De plus, l’une des rencontres que je n’oublierais jamais est celle d’une cheffe de cuisine lors de mon premier stage professionnel. Elle m’a fait prendre conscience qu’il faut être passionnée dans la vie mais que “ce n’est pas la passion qui fait tout le boulot. Il faut oublier tout ce que tu crois savoir et rester toujours curieuse”.

J’ai pris conscience qu’il faut croire en son projet et prendre le temps de bien se renseigner sur les dispositifs d’accompagnement. Il est essentiel de ne pas oublier que l’entreprenariat n’est pas une science exacte. Rien n’a été parfait dans mon parcours de création d’entreprise mais je suis très fière de là où j’en suis aujourd’hui. Lorsque je regarde devant moi, je ne m’interdis plus rien : et pourquoi ne pas ouvrir un foodtruck ou un restaurant ?

Découvrez aussi