f Anne-Marie FAVRE - Positive Planet France
Je donne donner pour la création d'entreprise
Ils créent

MA CONCEPT

MA CONCEPT

MODE
Lyon
07 83 06 75 37
madibebou@gmail.com
Partager:
Retour aux témoignages

Entreprise qui revisite les vêtements existants pour leur donner une nouvelle vie

PARCOURS PERSONNEL ET PROFESSIONNEL 

Je m’appelle Anne marie FAVRE-BEBOURAKA, 59 ans, veuve et mère de deux grands enfants. Je suis partie du Cameroun (mon pays natal) pour la France en 1986, Je rejoignais mon mari avec notre petite fille de 5 ans. Avec l’aide de notre logeuse, je me suis inscrite à l’Ecole de notariat de Montpellier pour un cycle (en quatre ans) de Clerc de notaire. En 1990, mon mari a perdu la vie dans un accident de voiture, me laissant enceinte de 8 mois. J’ai dû interrompre l’école, incapable physiquement de continuer de faire de petits boulots pour payer 8000 Frs de frais de scolarité annuelle.  En 2003, après treize années de galères et de maladie (leucémie fulgurante diagnostiquée en 1996) et accompagnée par mon assistante sociale, J’ai suivi simultanément, les formations d’Assistante de chef d’entreprise et de Conceptrice de produits touristiques à l’AFPA. Au terme de cette deuxième formation, un membre du jury (voyagiste) lors de la soutenance de mon mémoire m’a remarquée et m’a demandé de venir travailler avec lui, pour monter le projet de mon mémoire ; En 2005, j’ai été sélectionnée parmi les dix femmes que la Région Languedoc-Roussillon voulait promouvoir pour la création d’entreprise avec le soutien de la Commission Européenne ; pour ce faire, nous avons suivi une formation à l’ESARC (école de commerce) sur l’aménagement du territoire, marketing, management et maîtrise de l’informatique et un stage pratique à Bologne (Italie)

En 2007, « Nouvelles Destinations » (le voyagiste qui m’avait embauché) a créé un réceptif à New York City (USA), avec l’idée que j’avais apporté : le voyage chez l’habitant avec une capacité de 70 sites d’hébergement, des forfaits de transport dans la ville, des loisirs et divertissements avec les prestataires de service, avec la promesse de me confier la gérance du réceptif, dans la logique de mon parcours de création d’entreprise. En 2008, mon patron a vendu l’Agence initiale (qui est devenue une centrale de réservations) et m’a licenciée en reprenant MON projet. De 2008 à 2013, j’ai traversé une grave dépression, expulsée de mon logement, à la rue, je me suis retrouvée à Lyon, recueillie par des amis, jusqu’à l’opportunité qui m’a été offerte, de rebondir et d’initier un nouveau projet, avec l’aide et l’accompagnement de « Positive Planet. »

 

PROJET

Après ma traversée du désert, je n’ai pas pu trouver un emploi correspondant à mes compétences et ma formation (du fait de mon âge et d’un trou dans mon CV en n’ayant pas travaillé pendant plusieurs années), malgré toutes les démarches entreprises auprès de Pôle Emploi et les 129 offres d’emploi auxquelles j’ai postulé. Il m’est donc apparu très clairement qu’il fallait créer mon propre emploi. 

Mon projet a pour support « les vêtements ».

L’industrie de la mode est florissante et a fait des émules de tous genres. Je ne prétends pas la révolutionner mais je propose une alternative au gâchis ! Les femmes de toutes tranches d’âges achètent des vêtements de manière compulsive. Je voudrais qu’elles redécouvrent leur garde-robe AUTREMENT !!! Avec les pièces qu’elles préfèrent, reformulées et réinventées : « sauver » leur petite robe noire agonisante par exemple !

Il est innovant car je travaille au plus près des besoins et envies de mes clientes (morphologie, culture, valeurs, vision…) et je souhaite leur apprendre à avoir du recul sur leurs achats vestimentaires et à modifier, customiser, récupérer elles-mêmes leurs vêtements.

Mon entreprise est donc MA CONCEPT et propose de revisiter les vêtements existants de votre garde-robe pour leur donner une nouvelle vie à travers des accessoires, des matériaux neufs et de la personnalisation. Des créations originales avec des pièces modulables selon votre morphologie, votre culture, vos besoins, vos envies et à moindre coût à votre plus grand bonheur.

Trois objectifs : 

1 – Original par l’idée : se servir du vêtement existant comme support pour lui donner un nouvel aspect et une nouvelle vie avec des accessoires et des matériaux neufs (vêtement de la cliente ou acheté en friperie).

2 – Permettre à leur propriétaire de conserver leur vêtement préféré en ayant l’impression d’en avoir un neuf, les aider à limiter leur budget et à consommer à bon escient.

3 – Proposer des créations originales avec des pièces modulables selon la morphologie (un vêtement conçu pour être porté en plusieurs tailles), la culture, les valeurs des clientes.

Je souhaite et j’espère acheminer progressivement vers un travail qui serait plus qu’une mode, un concept, un comportement qui pourrait allier le recyclage et la nouveauté dans un souci de participer à l’écologie, la protection environnementale, par notre manière de consommer notre habillement. Je voudrais à court terme faire adhérer bon nombre de femmes à l’idée que leurs nouveaux habits se trouvent déjà dans leur garde-robe, travailler avec elles pour leur faire adopter un nouveau comportement face à la puissante offre des sites et enseignes de mode. A moyen terme parvenir à trouver et fidéliser une clientèle et à long terme créer une marque à travers laquelle mes produits seraient reconnaissables.

Anecdote :  

J’avais pour unique revenu 439 € de RSA lorsque j’ai décidé de créer mon propre emploi après de nombreuses réponses négatives aux offres d’emploi. Ma première cliente potentielle a été ma conseillère Pôle Emploi.  Un jour de RDV avec elle, je lui ai montré un vêtement que j’ai produit en m’inspirant d’une robe qu’elle portait la fois précédente, avec le même motif de tissu, le même modèle formulé différemment… Elle m’a dit :« Pourriez-vous faire la même chose avec mon manteau et deux ou trois de mes jupes ? » Elle a immédiatement fait valider ma demande d’aide au financement du stage obligatoire préalable à la création d’entreprise de la Chambre des Métiers !

 

PPF&MOI

J’ai été orientée vers Positive Planet France par ma conseillère Pôle Emploi. J’y ai rencontré une femme FORMIDABLE ! à l’écoute de mon histoire, mon envie et mon enthousiasme. Elle m’a donné des pistes, une méthode de travail et un soutien exceptionnel à chaque étape de la création de l’activité … TOUS les professionnels de Positive Planet ont été autour de moi pour faire aboutir mon projet : des ateliers gratuits disponibles pour comprendre les aspects juridiques, commerciaux, administratifs de la création d’entreprise et enfin le nerf de la guerre :  obtenir un prêt !

Je dirai qu’il est difficile d’entreprendre que ce soit en banlieue ou pas. Au départ c’est l’appréhension de ne pas y arriver. Ensuite ce sont les rencontres, la foi et la détermination que l’on a à atteindre son objectif qui « facilitent » l’entreprise où que l’on soit. Pour moi il s’agit d’adapter la proposition aux publics auprès desquels on intervient mais il est plus difficile de rencontrer des partenaires et son cœur de cible quand on est en quartier.

 

Découvrez aussi